Château de La Roche Guyon | Donjon
16708
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-16708,page-child,parent-pageid-15821,tribe-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,boxed,vertical_menu_enabled, vertical_menu_hidden,vertical_menu_hidden_with_logo, vertical_menu_width_290,,qode-title-hidden,qode_grid_1400,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-17.2,qode-theme-bridge,qode_advanced_footer_responsive_768,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive

LE DONJON

 

Qui n’a pas posé ses yeux sur cette tour en descendant la route de Gasny jusqu’au cœur du village ? Certains laisseront leur esprit s’évader bercés par des vers de poésie romantiques à la vue de ces corbeaux virevoltant autour de son architecture, d’autres seront émerveillés par la prestance de ses vestiges baignés par la lumière du soleil, dominant la vallée de la Seine. Sa magie réside que tout un chacun peut se l’approprier.

 

Enraciné dans la falaise crayeuse, le donjon du château de la Roche-Guyon témoigne de l’importance du site au cours de la période médiévale et de la puissance des seigneurs. En 1190, il est bâti à la demande du roi Philippe Auguste afin de contrôler la zone frontalière sur l’Epte, séparant le royaume de France du duché anglo-normand. La forteresse  massive et passive du plateau est constituée d’une tour maîtresse cylindrique de 12,20 m de diamètre et 35 m de hauteur, défendue au nord par un éperon et étroitement entourée par deux murs d’enceinte ou chemises . La vue d’ensemble forme une « amande ». Il est  relié au château troglodyte de la vallée par un escalier creusé dans la Roche. 

 

Ombé en désuétude au cours du XVIIème siècle, le donjon reprend vie lors du grand projet d’aménagement d’un parc anglais – ou parc à la mode – commandité par la duchesse d’Enville et sa famille. Autrefois, lieu défensif, la tour maîtresse est réhabilitée en belvédère indispensable à la promenade du cercle d’amis de la famille de La Rochefoucauld. De toute sa hauteur, les visiteurs pouvaient admirer l’étendue des terres du duché. En 1778, la famille de Rohan-Chabot commande probablement le percement d’un portail néo-grec à l’extrémité nord de l’enceinte extérieure, transformant définitivement le donjon en fabrique. 

 

En 1793, la tour n’est pas épargnée par la Révolution française. Emprisonnée, la duchesse d’Enville fut contrainte d’ordonner la démolition de ce symbole fort de l’Ancien Régime. Las de ces travaux de grande ampleur, les ouvriers arrêtèrent rapidement le chantier, laissant la tour en l’état. 

 

N’oublions pas non plus, la source d’inspiration que fut et qu’est encore le donjon pour le milieu artistique.Au XVIIIème siècle, le peintre Hubert Robert, proche de la famille Rohan-Chabot exécute plusieurs Vues ou paysages de la Roche-Guyon. En 1909, le donjon est déstructuré sous le pinceau du peintre cubiste Georges Bracque. 

 

La littérature n’est pas en reste. Victor Hugo, sensible à son charme romantique, s’inspirera de la tour pour son roman Han d’Islande.

 

Depuis 1996, il est possible pour les plus courageux de gravir les marches de l’escalier troglodyte afin d’accéder à la tour. Du sommet de cette dernière, un magnifique panorama s’offre à vous. N’hésitez plus !

 

L’accès au donjon est temporairement fermé en raison de travaux de restauration. Vous pourrez cependant monter jusqu’au pigeonnier troglodytique offrant un point de vue intéressant sur le village de La Roche-Guyon.

LE DONJON

 

Qui n’a pas posé ses yeux sur cette tour en descendant la route de Gasny jusqu’au cœur du village ? Certains laisseront leur esprit s’évader bercés par des vers de poésie romantiques à la vue de ces corbeaux virevoltant autour de son architecture, d’autres seront émerveillés par la prestance de ses vestiges baignés par la lumière du soleil, dominant la vallée de la Seine. Sa magie réside que tout un chacun peut se l’approprier.

 

Enraciné dans la falaise crayeuse, le donjon du château de la Roche-Guyon témoigne de l’importance du site au cours de la période médiévale et de la puissance des seigneurs. En 1190, il est bâti à la demande du roi Philippe Auguste afin de contrôler la zone frontalière sur l’Epte, séparant le royaume de France du duché anglo-normand. La forteresse  massive et passive du plateau est constituée d’une tour maîtresse cylindrique de 12,20 m de diamètre et 35 m de hauteur, défendue au nord par un éperon et étroitement entourée par deux murs d’enceinte ou chemises . La vue d’ensemble forme une « amande ». Il est  relié au château troglodyte de la vallée par un escalier creusé dans la Roche. 

 

Ombé en désuétude au cours du XVIIème siècle, le donjon reprend vie lors du grand projet d’aménagement d’un parc anglais – ou parc à la mode – commandité par la duchesse d’Enville et sa famille. Autrefois, lieu défensif, la tour maîtresse est réhabilitée en belvédère indispensable à la promenade du cercle d’amis de la famille de La Rochefoucauld. De toute sa hauteur, les visiteurs pouvaient admirer l’étendue des terres du duché. En 1778, la famille de Rohan-Chabot commande probablement le percement d’un portail néo-grec à l’extrémité nord de l’enceinte extérieure, transformant définitivement le donjon en fabrique. 

 

En 1793, la tour n’est pas épargnée par la Révolution française. Emprisonnée, la duchesse d’Enville fut contrainte d’ordonner la démolition de ce symbole fort de l’Ancien Régime. Las de ces travaux de grande ampleur, les ouvriers arrêtèrent rapidement le chantier, laissant la tour en l’état. 

 

N’oublions pas non plus, la source d’inspiration que fut et qu’est encore le donjon pour le milieu artistique.Au XVIIIème siècle, le peintre Hubert Robert, proche de la famille Rohan-Chabot exécute plusieurs Vues ou paysages de la Roche-Guyon. En 1909, le donjon est déstructuré sous le pinceau du peintre cubiste Georges Bracque. 

 

La littérature n’est pas en reste. Victor Hugo, sensible à son charme romantique, s’inspirera de la tour pour son roman Han d’Islande.

 

Depuis 1996, il est possible pour les plus courageux de gravir les marches de l’escalier troglodyte afin d’accéder à la tour. Du sommet de cette dernière, un magnifique panorama s’offre à vous. N’hésitez plus !

 

L’accès au donjon est temporairement fermé en raison de travaux de restauration. Vous pourrez cependant monter jusqu’au pigeonnier troglodytique offrant un point de vue intéressant sur le village de La Roche-Guyon.