Château de La Roche Guyon | Terra Mater
16832
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-16832,page-child,parent-pageid-15980,tribe-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,boxed,vertical_menu_enabled, vertical_menu_hidden,vertical_menu_hidden_with_logo, vertical_menu_width_290,,qode-title-hidden,qode_grid_1400,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-17.2,qode-theme-bridge,qode_advanced_footer_responsive_768,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive

Terra Mater

de
Christian Broutin

27 juin

//

29 novembre

2020

Exposition comprise dans le droit de visite du château

En lien avec la thématique principale de notre saison culturelle consacrée aux Religions, au Sacré et à la Spiritualité, le château de La Roche-Guyon expose une série de douze sculptures de Christian BROUTIN, artiste connu principalement pour une œuvre immense constituée de peintures maxi-réalistes et d’illustrations à succès (publicité, cinéma, édition et philatélie).

 

Cet ensemble de sculptures en grès ou en faïence présenté dans les chapelles troglodytiques du Château offre une interprétation toute personnelle de la représentation de la Vierge à l’Enfant empruntée à des divinités de civilisations différentes. C’est la première fois que Christian BROUTIN rend publique cette série réalisée entre 2016 et 2019.

 

Christian BROUTIN s’était initié à la sculpture lors de ses études à l’école nationale supérieure des Métiers d’Arts. C’est récemment au cours d’un stage de raku qu’il s’y intéresse vraiment, animé par le désir profond et sincère de représenter une Vierge à l’Enfant… peut-être parce que l’artiste, né en mars 1933 dans la Cathédrale de Chartres, fut dès son plus jeune âge fasciné par sa Vierge Noire « Notre-Dame du Pilier » !

 

Comme le souligne l’artiste dans un article paru dans PLAISIRS #24, le journal gratuit du Château de La Roche-Guyon, « j’ai eu envie de sculpter une première Vierge Noire, en majesté mais rustique, frustre, assise sur un trône en bois déglingué. La deuxième a fait un bond dans le temps puisqu’elle était contemporaine. » Toutes différentes, ces douze vierges ont un point commun. « J’ai conservé trois caractéristiques du XIIème siècle : pas d’affect et l’enfant, entre les genoux, ressemble plus à un petit homme qu’à un enfant. Cuites dans le four d’Olivia Destailleurs, céramiste à La Roche-Guyon, les statues sont en grès ou en faïence et patinées à la cire, pour éviter l’effet clinquant de l’émail.».

 

Terra Mater

 

A travers ces douze représentations, Christian BROUTIN tend vers une image universelle de la mère ; lui qui a perdu la sienne à cinq ans. L’artiste se confie : « En rêvant cette figure maternelle, j’ai fait évoluer mes Vierges : en majesté, en maternité, jusqu’aux déesses de la fécondité, qui rejoignent, curieusement, depuis qu’on a « découvert » l’écologie, ce renouveau du culte de la terre mère, féconde et nourricière. »