Bienvenue au Château de la Roche-Guyon
Recherche
Libre
Par mot-clé

La légende de Saint Nicaise et de Sainte Pience

Aux heures naissantes du christianisme, les missionnaires partaient par le monde évangéliser les peuples païens. C'est ainsi qu'au IIIè siècle le pape Clément installé à Rome envoya une compagnie sur les routes de Gaule. Saint Denis et Saint Nicaise faisaient partie du voyage, le premier pour Paris, le second en direction de Rouen.



Dragon immobilisé. Enluminure du XVè siècle, Guiard des Moulins, Bible historiale, France, Paris, BNF.

La légende nous dit que Nicaise était accompagné du prêtre Quirin et du diacre Scuvicule. Longeant la vallée de la Seine, ils s’arrêtent à Vaux-sur-Seine, village situé peu avant Meulan, où sévit un terrible dragon. Nicaise donne son étole à Quirin afin qu’il attache le monstre avec. Le dragon immobilisé, Nicaise prononce quelques paroles et fait le signe de croix ; l’animal meurt. On raconte qu’à la suite de cet évènement, 318 personnes se convertirent au christianisme.

Continuant leur chemin, Nicaise et ses compagnons chassèrent une troupe de démons qui logeaient dans une caverne et causaient des torts à la population.

A La Roche-Guyon, ils convertirent Pience, veuve et noble dame des lieux, mais aussi un prêtre païen aveugle nommé Clair à qui ils rendirent la vue.

Mais, pendant que les missionnaires avançaient et convertissaient de plus en plus de monde, l’empereur Domitien prit connaissance des faits et chargea le gouverneur Fescenninius de stopper les agitateurs. Après avoir exécuté Saint Denis à Montmartre, Fescennius partit à la poursuite de Saint Nicaise et de ses compagnons. Ces derniers refusèrent d’abjurer leur foi. On les condamna à la décapitation. Leurs dépouilles furent laissées aux bêtes sauvages quelque part sur les bords de l’Epte entre Les Andelys et La Roche-Guyon.

Cependant, la nuit venue, les sacrifiés se levèrent sur leurs pieds, prirent leurs têtes dans leurs mains et, traversant l’Epte, gagnèrent une île (il s’agirait de Gasny). Pience et Clair, que Nicaise et ses compagnons avaient convertis, les ensevelirent selon le rite chrétien. A l’endroit précis de leurs tombeaux, Pience fit bâtir un oratoire. Pour leur foi, Pience et Clair reçurent le même châtiment que Nicaise, Quirin et Scuvicule.

La légende veut que cet oratoire soit précisément la chapelle troglodytique du château de La Roche-Guyon agrandie au XIXè siècle. Ceci indique que les coteaux de La Roche-Guyon auraient abrité des habitations troglodytiques dès le IIIè siècle de notre ère. Réelle ou imaginaire, Pience est le premier personnage connu de l’histoire de La Roche-Guyon. De plus, la légende de Saint Nicaise et de Sainte Pience, attestée dès le IXè siècle, témoigne déjà de l’assise symbolique attribuée au site en lui-même, à ces falaises de craie qui dominent la Seine.


 | 
 |